Les sanglots, 31/05/2015

Chose promie, chose due: voici un poème récent puisqu'il date de ce matin-même (ça me fera pardonner d'avoir abandonné le site pendant un temps)

Lentement je les sens, de leur poids, remonter
Obstruant et serrant chaque pas de leur voie
Jour de plus où, voilà, je me sens acculée
Comme si à jamais il revient, ce combat.

Le tic tac lancinant de l'horloge est bien là
Concentrée, je respire et calme mes effrois
Aussitôt, ce tic tac, apaisant mais sournois,
Devient le nouveau son qui me rend folle en moi.

J'espère chaque jour voir cet affront cesser
Bien que ce soit celui qui me fasse exister
Je crois tant au bonheur, oui, je le vois passer
Puis il file en riant quand je l'ai attrapé.

Les commentaires sont toujours les bienvenus (si jamais quelqu'un lit ce site! ^^)

Commentaires (1)

1. Fanhel 09/06/2015

C'est un très jolie poème. Je sais qu'on a plus envie d'écrire tourmentée, pour mettre des mots sur son malaise, mais j'espère te voir en écrire d'aussi beau et plus heureux ^^

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site